Il croule sous les dettes!

Publié le par Cyril

Après des tonnes de poursuites et de condamnations à rembourser des fortunes à l'État, voilà que le célèbre avocat Claude F. Archambault se retrouve encore dans l'eau chaude, cette fois devant ses pairs, alors qu'il est accusé de s'être approprié illégitimement près de 165 000 $ provenant de ses clients.

 

Depuis lundi, le comité de discipline du Barreau entend la plainte de 26 anciens clients de Me Archambault. De nouvelles plaintes seront déposées sous peu.

 

Pour ces 26 clients, le syndic a déposé 111 chefs d'accusation contre le célèbre plaideur, connu surtout pour avoir représenté Michèle Richard et pour avoir longtemps occupé tout le dos du bottin des pages jaunes.

 

On lui reproche de ne pas avoir versé comme il se doit des avances d'honoraires de ses clients dans son compte en fidéicommis, et par le fait même de s'être approprié sans droit ces sommes qui totalisent environ 165 000 $.

 

Quelque 68 témoins devraient être entendus pendant les audiences.

 

Médiatisé

 

Déjà, quelques clients ont témoigné, indiquant avoir fait confiance à Archambault, dont la très forte présence dans les médias à une certaine époque pour commenter l'actualité judiciaire leur avait fait croire qu'il était un des meilleurs avocats de la province.

 

Me Archambault risque, s'il est trouvé coupable, une amende, une radiation provisoire ou même ultimement, une radiation permanente.

 

Depuis quelques années, Me Archambault semble s'enfoncer toujours plus dans divers déboires financiers. Il a tout récemment été condamné par un juge de cour supérieure à rembourser 1,388 million de dollars à Revenu Québec.

 

Et ce n'est là qu'un épisode parmi d'autres.

 

Il doit 834 987 $ à Revenu Canada pour une perte agricole remontant aux années 1970 et dont les intérêts courent depuis, et 146 000 $ à la Ville de Montréal pour des taxes impayées pour ses bureaux de la rue Le Royer.

 

Pages jaunes et huissiers

 

Revenu Québec a même failli faire fermer son bureau en février 2007 car il n'aurait jamais versé au fisc la TVQ qu'il facturait pourtant à ses clients pour services rendus entre 1998 et 2007. Le fisc réclamait sans délai le paiement de 427000 $, sans quoi il devrait fermer boutique.

 

Il a été poursuivi pour 140000 $ par les Pages jaunes, dossier réglé à l'amiable. Il est en outre poursuivi par un cabinet d'huissiers dont il aurait utilisé les services sans payer, et par son prêteur hypothécaire, qu'il ne rembourserait plus.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article