«S'il élit ce dictateur, le Québec est d'une inculture incroyable.» !

Publié le par Cyril

À un mois des élections fédérales, Gilles Vigneault demande aux Québécois de se réveiller. «C'est être profondément inculte que de voter pour Harper quand on est québécois», a-t-il déclaré en entrevue exclusive au Journal de Montréal.

«S'il élit ce dictateur, le Québec est d'un ridicule achevé ou d'une inculture incroyable.» Rencontré dans son village de Saint-Placide, le chanteur et poète pèse ses mots. En pleine campagne électorale, il somme les Québécois de ne pas appuyer les conservateurs.

«Ce n'est pas croyable que des Québécois soient assez naïfs pour se trahir eux-mêmes, trahir leur propre culture, mais ça existe», dit-il, inquiet du sort de sa patrie.

«M. Harper va peut-être réussir à former un gouvernement minoritaire ou majoritaire avec l'aide de la ville de Québec. C'est un non-sens, c'est d'un illogisme tordu, c'est d'une ignorance crasse», ajoute-t-il.

 

Selon lui, Stephen Harper n'aime pas le Québec,» il va tout faire pour qu'on apprenne au plus vite l'anglais et qu'on arrête de l'embarrasser avec une langue qu'il est obligé d'apprendre pour gagner des votes», soutient le porte-flambeau de la culture québécoise.

Il dénonce vivement les coupes récentes du gouvernement conservateur dans le milieu de la culture. Selon lui, la population devrait profiter de son passage aux urnes pour réagir.» C'est d'un illogisme incroyable que les Québécois ne voient pas qu'on en veut à nos expressions culturelles.»

Vigneault, grand défenseur de l'écologie, critique également le manque de souci environnemental du parti de Harper.» Les gens qui n'ont pas de plan environnemental sont déjà désuets et terriblement démodés.»

Vert

Sans dévoiler ses couleurs, on comprend que M. Vigneault ne se range pas non plus derrière le plan vert de Stéphane Dion.

«Il aurait dû commencer par défaire le gouvernement et rentrer dans Kyoto. Ça, c'est un plan. Son plan vert, c'est un article politique. C'est un gadget et il a du mal à l'appliquer parce que ça suppose des taxes différentes. Son plan s'aligne contre les grosses compagnies et les pétrolières, ce n'est pas réaliste. Et malheureusement pour lui, ce n'est pas un leader.»

Qui reste-t-il alors ?» Il reste Jack Layton, qui a un peu plus de sens, le Parti vert et le Bloc... Le Bloc, il ne faut pas oublier que ça signifie que le Québec parle en bloc à Ottawa, il ne faut pas oublier la raison pour laquelle il a été fondé : pour être présent quand les négociations se feraient entre un Québec souverain et le Canada.» Est-il inquiet pour l'avenir ?

«Très, je suis très inquiet pour l'avenir parce que je crois encore que la souveraineté, c'est la seule façon de nous sauver en Amérique du Nord et de perpétuer notre culture.

«Si les grands de ce monde savaient ce que ça vaut une langue et une culture, ils nous aideraient à la sauver au lieu de grignoter sans cesse la loi 101», dit-il.

À l'aube de ses 80 ans, Gilles Vigneault ne craint qu'une chose,» ne pas avoir le temps de voir le Québec... libre ! Mais j'espère que mes enfants verront ça un jour».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article