Une institutrice enceinte se suicide

Publié le par Cyril

Suite à plusieurs mois de tensions avec l'équipe pédagogique, les services municipaux et des parents d'élèves de l'école maternelle où elle travaillait, à Pauillac, en Gironde, une institutrice de 39 ans, enceinte, s'est suicidée début mars. Selon un inspecteur d'académie de Gironde, André Mercier, l'enseignante connaissait depuis sa première rentrée en 2006 dans cette petite école du Médoc "des problèmes relationnels mais aucune faute professionnelle ne lui avait été reprochée". Il explique que des agents de la mairie ne voulaient plus travailler avec cette enseignante et sa directrice se plaignait d'un mauvais climat de travail, provoqué par son refus de participer à des projets pédagogiques communs.

L'entourage de l'institutrice, enceinte de six mois, a décidé de porter plainte contre l'Education nationale et la municipalité de Pauillac pour "harcèlement moral et acharnement", a révélé le mari de l'enseignante. Le syndicat Snudi-Fo, auquel adhérait l'institutrice, accuse la hiérarchie de l'Education nationale de ne pas avoir "assuré son rôle en ne soutenant pas l'enseignante contre l'entreprise de diffamation" opérée par des parents d'élèves.

"Une action de diffamation téléguidée"

En novembre 2007, une dizaine de parents de la classe de l'année précédente avaient écrit à l'inspection d'académie pour se plaindre du comportement de l'enseignante, lui reprochant par exemple ses "a priori sur le Médoc et ses habitants", selon le quotidien Sud Ouest. Pour Philippe Mano, secrétaire départemental du Snudi-FO, il y a "une coïncidence troublante" sur l'envoi de ces lettres, toutes rédigées entre le 16 et le 23 novembre, qui s'apparente selon lui à "une action de diffamation téléguidée".

L'inspection académique estime, elle, qu'"aucun élément dans le dossier n'évoquait le harcèlement ni la nécessité d'intervention" de la hiérarchie. Celle-ci, a rappelé André Mercier, avait proposé deux fois à l'institutrice de changer d'école mais elle avait refusé. Après avoir pris connaissance des reproches à son encontre lors d'un entretien à l'inspection académique le 30 janvier, l'enseignante avait fait une tentative de suicide deux semaines plus tard, avant de réussir à se suicider pendant les vacances scolaires, le 4 mars.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article