Johnny Hallyday : "Je reste Français"

Publié le par Cyril

Johnny Hallyday renonce à solliciter la nationalité belge. "Je suis Français. Je reste Français. J'ai changé d'avis. On m'a assez traîné dans la boue quand je me suis installé à Gstaad [en Suisse]", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes à l'occasion de la sortie de son prochain disque prévue le 12 novembre. "Je me suis demandé ce qu'avait fait, après tout, mon père [de nationalité belge] pour moi. J'ai eu le temps de réfléchir... Je suis très bien comme je suis !", a-t-il ajouté, avant de préciser que "Nicolas [Sarkozy] est au courant". Johnny-Hallyday.jpg

Les députés belges avaient examiné le dossier du chanteur français en mars dernier, mais avaient décidé d'ajourner jusqu'à cet automne leur décision en raison de la nécessité de "mettre à jour" le dossier du chanteur, qui a déménagé en Suisse depuis que le dossier a été déposé, avait alors indiqué le député Olivier Maingain. Mais le président de la commission des naturalisations, le libéral flamand Guy Hove, avait souligné que les députés voulaient également examiner la "sincérité" des sentiments de Johnny Hallyday vis-à-vis de la Belgique. "Il y a des éléments, notamment fiscaux, qui ont été rapportés par la presse et que nous voulons vérifier", avait expliqué Guy Hove.

En attendant Monaco ? 

Certains journaux avaient en effet avancé que la demande de nationalité belge était liée au souhait du chanteur de pouvoir ensuite s'installer à Monaco, où la fiscalité est nettement plus légère qu'en France. "Je viens de payer 5 millions d'euros d'impôts sur ma tournée. Qu'on arrête de dire que je ne paie pas d'impôts en France", a déclaré lundi le chanteur, qui se plaignait par le passé de subir une fiscalité trop lourde en France.

Sa femme Laeticia avait déjà indiqué en mai dernier que le chanteur allait "certainement" revenir de son exil en Suisse pour s'installer à nouveau en France, en raison de l'élection à la présidence de Nicolas Sarkozy, qui a promis un "bouclier fiscal" plafonnant les impôts directs à 50% des revenus. Le couple Hallyday était allé s'établir en Suisse parce qu'il en avait "marre, comme beaucoup de Français, de payer ce qu'on nous impose comme impôts", avait expliqué le chanteur avant l'élection présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article